astropi | Toma Gouband infos
"New planet detected" > Astropi Label is 100% driven by artistic needs, feelings and intuition !
astropi, astropie, label, jazz, improvisation, improvised music, musique, editation, relaation, fraanje, soniano, gouband, delbecq, veras, cd, album,
51603
page-template-default,page,page-id-51603,edgt-core-1.2,ajax_fade,page_not_loaded,boxed,has_general_padding,vigor-ver-1.12, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

Toma Gouband

Biography

« One doesn’t even need to ‘enter’ into the music of Toma Gouband: our ears (and eyes, if we have the pleasure of seeing him at work) are invited, by the spectacular and extraordinary organisation of colors and timbres that make up his dreaming inventive universe. Pieces of flint, natural skins covering a horizontal bass drum, which has scattered upon it tiny bells or blocks of wood, branches and twigs… pebbles rolled on the ground, inverted cymbals collcting thus all sorts of natural resonators… The high-hat cymbals have been replaced by…they’ve also been replaced by stones! Animated by an interior pulsation made from the superimposition of mysterious cycles, like so many clocks telling life’s time in polyrythms that collide and cross over each other, the music of Toma Gouband transcends the idea of an imaginary territory, for it invites us to approach it as we would a social rite or even a ceremony of love. A weaving of the tissues of sound, with wisdom, sio that we feel them as universal, as though they come or to become, for which the visual metaphor could be those traditionel Kuba cloths from Upper Zaire that made of fabrics sewn one on top of the other, to which are added motifs according to an organisation that is rigorous but seems to be governed by rules that have been transmitted only to the initiates who create them. Thus, this is a music initited by the history of the world, unique, free of the constrains imposed by convention and which responds only to its own interior strenght: a summit of the musical art.

Benoît Delbecq, november 2011 (notes of the CD « courants des vents » march 2012 @ PSI records)

Toma met and played with many great musicians, recently with Evan Parker, Michel Doneda, Magic Malik, Eve Risser, Jasper Stadhouders, Kana Nakamura, Prune Bécheau, Elise Caron, Julien Padovani, Christian Pruvost, Jean Luc Guionnet, Matthieu Donarier, Alexandra Grimal, Patrick Inguenau, Stephane Thidet, Iwana Massaki, Benoit Delbecq, Nelson Veras, Aino Peltomaa, Sylvaine Hélary, Brice Soniano, Harmen Fraanje, Mari Kvien Brunvoll, Ruben Machtelinckx, Joachim Badenhorst, Jozef Dumoulin, Bruno Chevillon, Antonin Tri Hoang, Georges Dimitriu, Tobias Delius, Elisabeth Coudoux, Kim Myhr … 

He plays solo where he developes a music using singing stones on a drum setting and on cymbales used as resonnators.

” For some times I focus on numbers, observing the relation between them, the proportions that the meeting of 2 numbers shows. By using these results, understanding them, it gives the possibility of experiencing organically the relation of 2 elements in the same time. [ 2×3=6 > 2,1,1,2 ]
for some times I focus on finding instruments containing possibilities of sounds from groundy to spheric.
singing stones is a very particular and complex material witch contains a certain rythm, pulse, silence.
mixed with other elements as metal and skins, it gives the possibilty of experiencing a certain melody.

still the musician plays the material, system of reflexions, listening in many ways is an access to let it be, let it go.”

Textes en Francais :

Toma Gouband est musicien, improvisateur, inventeur, chercheur, compositeur. Il joue sur une batterie arrangée une musique utilisant des pierres sonnantes et autres objets bruts qu’il glane. Attiré par l’étude des nombres et des proportions il développe une pensée permettant d’appréhender les phénomènes polyrythmiques. Son approche de la composition est générative, elle émane de ses recherches et vise à donner à chacun la possibilité de créer sa propre voie et de s’exprimer à travers son langage.

Toma explore depuis 2008 le jeu en solo en utilisant principalement  les pierres sonnantes et les branchages, une musique profondément liée à la rencontre de ses recherches polyrythmiques et d’un contexte de jeu.

Il a joué à travers le monde avec des musiciens et autres praticiens improvisateurs parmi : Evan Parker, Michel Doneda, Magic Malik, Eve Risser, Jasper Stadhouders, Kana Nakamura, Aymric Avice, Olivier Lété, Julien Padovani, Prune Bécheau, Elise Caron, Julien Padovani, Christian Pruvost, Jean Luc Guionnet, Matthieu Donarier, Alexandra Grimal, Patrick Inguenau, Stephane Thidet, Iwana Massaki, Benoit Delbecq, Nelson Veras, Aino Peltomaa, Sylvaine Hélary, Brice Soniano, Harmen Fraanje, Mari Kvien Brunvoll, Ruben Machtelinckx, Joachim Badenhorst, Jozef Dumoulin, Bruno Chevillon, Antonin Tri Hoang, Georges Dimitriu, Tobias Delius, Elisabeth Coudoux, Kim Myhr … 

Toma invente aussi des constructions sonores et visuelles fonctionnant avec les mouvements générés par les éléments, les courants d’air et d’eau, le balancier, le rebond et crée ainsi Ondulo, une installation sonore de 400 cloches en terre suspendues mises en action par des systèmes de balancier et des mouvements de cours d’eau.

 

Depuis 2006 il est membre d’Astropi, label & collectif avec lequel il produit des disques et organise des événements.

 

Depuis 2007 il est directeur artistique du festival Ecouter pour l’instant qui a lieu tous les ans en Dordogne.

 

Il est aussi membre actif de Athenor CNCM à Saint Nazaire avec qui il mène un travail auprès d’un jeune public sous forme d’ateliers, productions, co organisation d’événements.

 

Il transmet régulièrement son approche sous forme d’ateliers d’expérimentation autour de pierre sonnantes disposées en cercle et lors de pratiques sonores dont les instruments sont récoltés dans une forêt…

“j’utilise les sonorités des cailloux récoltés là et là et tente de jouer un tissu de rythmes entrecroisés, multivitesses, chants indépendants avec, en trame fertilisante vers des naissances de formes, les nombres et leurs relations disposés circulairement. Le cercle est multisens et, selon le point de vue ainsi que les point d’attractions exterieurs-interieurs, devient ligne, triangle, carré, étoile, visage. Les nombres, en tant que symboles de quantités et proportions de periodes-vitesses superposées sont une inspiration forte, une aspiration à jouer, à trouver l’énergie sous-levante, la continuité, la transe.” Toma Gouband

” ll n’y a pas même à « entrer » dans la musique de Toma Gouband : nos oreilles (et yeux, lorsqu’on a le plaisir de le voir à l’oeuvre) sont naturellement invitées par les spectaculaires et inouïs agencements de couleurs de timbres qui composent son univers rêveur et inventeur: silexs, peaux naturelles d’une grosse caisse à l’horizontale parsemée de clochettes ou blocs de bois, branchages et brindilles, cailloux roulés au sol, cymbales inversées recueillant ainsi toute sorte de résonateurs naturels… les cymbales de charleston ont été remplacées par… des pierres, elles aussi… Animée par une pulsation intérieure faite de superpositions de cycles mystérieux comme autant d’horloges disant le temps de la vie en polyvitesse, qui se superposent ou s’entrechoquent, la musique de Toma Gouband transcende l’idée de territoire imaginaire, car elle invite à l’approcher telle un rite social ou encore une cérémonie amoureuse. Un savant tissage de tissus de sons que l’on ressent comme universels, d’un âge ancien, voire préhistorique mais d’une ère à venir ou devenir également, dont la métaphore visuelle pourrait être ces tissus traditionnels Kuba du Haut-Zaïre faits d’étoffes cousues les unes sur les autres, auxquelles on vient ajouter des motifs animés par des agencements rigoureux mais dont la facture semble obéir à des règles transmises aux seuls initiés. Une musique initiée par l’histoire du monde donc, unique, libre de toute contrainte de chapelle, et qui ne répond qu’à sa force intérieure, soit un sommet de l’Art musical. ”

Benoît Delbecq, novembre 2011 notes du CD “Courant des vents”