top of page

Toma Gouband (né le 15 novembre 1976) est musicien, improvisateur, inventeur, chercheur, compositeur. Il a étudié avec Jean Marc Lajudie à Limoges, Christian Salut au CNR de Toulouse, au Banff center à Calgary avec Dave Douglas, à New York avec Tom Rainey. Suite à une rencontre et un séjour dans un village de Pygmées Baka au Cameroun Toma a remanié et adapté son instrument à ses attentes de timbres et de textures. Il joue depuis sur une batterie arrangée une musique utilisant des pierres sonnantes, des branchages et autres objets bruts qu’il glane ici et là. Attiré par l’étude des nombres et des proportions, il développe une pensée permettant d’appréhender les phénomènes polyrythmiques. Son approche de la composition est générative, elle émane de ses recherches et vise à donner à chacun la possibilité de créer sa propre voie et de s’exprimer à travers son langage.

 

Toma explore depuis 2008 le jeu en solo en utilisant principalement  les pierres sonnantes et les branchages, une musique profondément liée à la rencontre de ses recherches polyrythmiques et d’un contexte de jeu.

 

Il a joué à travers le monde avec des musiciens et autres praticiens improvisateurs parmi : Evan Parker, Michel Doneda, Magic Malik, Eve Risser, Jasper Stadhouders, Kana Nakamura, Aymeric Avice, Olivier Lété, Julien Padovani, Prune Bécheau, Julien Padovani, Christian Pruvost, Jean Luc Guionnet, Matthieu Donarier, Sophie Agnel, Sakina Abdou, Patrick Inguenau, Stephane Thidet, Iwana Massaki, Benoit Delbecq, Nelson Veras, Aino Peltomaa, Sylvaine Hélary, Brice Soniano, Harmen Fraanje, Mari Kvien Brunvoll, Ruben Machtelinckx, Joachim Badenhorst, Jozef Dumoulin, Bruno Chevillon, Antonin Tri Hoang, Georges Dimitriu, Tobias Delius, Elisabeth Coudoux, Kim Myhr … 

 

Toma invente aussi des constructions sonores et visuelles fonctionnant avec les mouvements générés par les éléments, les courants d’air et d’eau, le balancier, le rebond et crée ainsi Ondulo, une installation sonore de 400 cloches en terre suspendues mises en action par des systèmes de balancier et des mouvements de cours d’eau.

 

Il transmet régulièrement son approche sous forme d’ateliers d’expérimentation et d'écoutes autour d'explorations liées aux matières présentes dans un paysage.  

 

” ll n’y a pas même à « entrer » dans la musique de Toma Gouband : nos oreilles (et yeux, lorsqu’on a le plaisir de le voir à l’oeuvre) sont naturellement invitées par les spectaculaires et inouïs agencements de couleurs de timbres qui composent son univers rêveur et inventeur: silexs, peaux naturelles d’une grosse caisse à l’horizontale parsemée de clochettes ou blocs de bois, branchages et brindilles, cailloux roulés au sol, cymbales inversées recueillant ainsi toute sorte de résonateurs naturels… les cymbales de charleston ont été remplacées par… des pierres, elles aussi… Animée par une pulsation intérieure faite de superpositions de cycles mystérieux comme autant d’horloges disant le temps de la vie en poly vitesse, qui se superposent ou s’entrechoquent, la musique de Toma Gouband transcende l’idée de territoire imaginaire, car elle invite à l’approcher telle un rite social ou encore une cérémonie amoureuse. Un savant tissage de tissus de sons que l’on ressent comme universels, d’un âge ancien, voire préhistorique mais d’une ère à venir ou devenir également, dont la métaphore visuelle pourrait être ces tissus traditionnels Kuba du Haut-Zaïre faits d’étoffes cousues les unes sur les autres, auxquelles on vient ajouter des motifs animés par des agencements rigoureux mais dont la facture semble obéir à des règles transmises aux seuls initiés. Une musique initiée par l’histoire du monde donc, unique, libre de toute contrainte de chapelle, et qui ne répond qu’à sa force intérieure, soit un sommet de l’Art musical. ”

Benoît Delbecq, novembre 2011 notes du CD “Courant des vents”

 

discographie sélective :

 

“Par 4 chemins” (Harmen Fraanje, Brice Soniano) Cristal 2004 

“1RDR” (Magic Malik, Harmen Fraanje, Brice Soniano) Cristal 2007

“Balance des blancs” (Kim Myhr, Benoît Delbecq, Nils Ostendorf) Sofa 2009

“Courant des vents” solo > Psi 2011

“Trance Map” (Evan Parker, Matt Wright) Psi 2010

“As the wind” (Evan Parker, Mark Nauseef) Psi 2014

“1>0” (Benoît Delbecq, Nelson Veras) Astropi 2016

“Orka noise unit” (Jozef Dumoulin, Antonin Tri Hoang, Sylvaine Hélary, Bruno Chevillon) Yolk 2018

“Fenêtre Ovale”  (Eve Risser, Joris Ruhl, Amaryllis Billet, Karl Naegelen) Umlaut 2017

“Lagoon” (Roman Bestion) Astropi 2019

“Sans titre #1” (Matthieu Prual, Dicise, Mathias Delplanque, Gabriel Lemaire) Mouflon 2019

Jardin des reminiscences (Aurelie Maisonneuve, Christophe Havard, Fabrice Arnaud Cremon) Athenor 2019

“Un peu plus loin” (Juan Parra, Christophe Havard, Roman Bestion, Matt Wright, Stephane Thidet) Astropi 2020

« Vitesses approchantes » (Karl Naegelen, Sylvain Darifourq) Athenor 2021

« Ostrakinda » (Olivier L’été, Aymeric Avice) Jazzdor 2022

bottom of page